Le Maire de Persan interroge le Président de la République

Ce lundi 4 février, à 17h00, le Maire de Persan était invité par le Président de la République à Évry-Courcouronnes où, avec 300 autres élus d'Île-de-France, députés, sénateurs, maires, conseillers départementaux et régionaux, ainsi que des "acteurs du monde associatif", il a pu échanger avec Emmanuel Macron. 

Alain Kasse et les autres intervenants ont pu interpeler le Chef de l'État sur les problématiques locales et nationales, mais aussi Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement.

Le Maire de Persan a posé une question sur la mixité sociale que vous pouvez écouter à 3:59:56 de la vidéo (source > Élysée)

“ Monsieur le Président de la République,
L'un des sujets préoccupants sur la Politique de la Ville est la question de la mixité sociale dans les quartiers, et par conséquent celle du logement social pour lesquels les maires n'ont que très peu de marge de manœuvres, notamment dans l'attribution des logements.
Comment faire de la mixité sociale dans des quartiers où se concentrrent les difficultés socio-économiques, où le foncier n'est que trop rarement rénové et où les services publics se font de plus en plus rares ?
L'ensemble de ces éléments empêchent bien souvent d'attirer une population plus favorisée dans ces quartiers, ce qui serait pourtant la garantie d'une réelle mixité.
Enfin, le redécoupage des QPV – avec la mise en place de quartiers de veille ne pouvant pas bénéficier des crédits Politique Ville – est également un problème. 

Par exemple, à Persan, un quartier inscrit historiquement en QPV a basculé en "quartier de veille" uniquement pour la question du nombre d'habitants qu'il comporte, soit 980 alors que la limite a été fixée à 1 000 habitants.
Or, il faut savoir que les habitants de ce quartier ont un niveau de vie, pour certains d'entre eux, inférieur à ceux qui habitent dans le quartier toujours inscrit en QPV.
Monsieur le Président, comment l'État compte t-il corriger ces effets de seuil qui peuvent avoir pour conséquence l'aggravation de certaines situations ?
Aussi, quelles sont les mesures envisagées quant à la notion de "parcours résidentiel" ?
Que compte faire l'État pour permettre aux personnes les plus modestes d'accéder à du logement "moins social" ? “

randomness